Navigateur pour l'histoire

Résultats de la recherche

Artillerie française, années 1640

Type: Image

L'artillerie des premiers forts défendant les villes de la Nouvelle-France est généralement montée sur ce type d'affût. On voit ici un canonnier nettoyer la lumière à l'aide d'une pointe effilée. Un des artilleurs porte une pique fourchue qui sert à tenir une mèche lente qui allume la poudre contenue dans la lumière qui, à son tour, fait exploser la charge de poudre propulsant le boulet.

Site: Défense Nationale

La bataille du Long-Sault, en mai 1660

Type: Image

Cette gravure du début du XXe siècle montre le point culminant de la bataille livrée en 1660 par Adam Dollard des Ormeaux et ses hommes pour défendre Long-Sault contre les Iroquois. On voit ici un défenseur français tenir au-dessus de sa tête un tonnelet de poudre à canon. Cette bombe de fortune allait retomber à l'intérieur du fort et tuer une bonne partie de la garnison.

Site: Défense Nationale

Soldats français au début du XVIIe siècle

Type: Image

Ces soldats français sont habillés dans un style qui est répandu dans presque toute l'Europe occidentale au début du XVIIe siècle. Noter la fourquine de l'homme à gauche, et la pique dont est armé l'homme en arrière-plan. Gravure du milieu du XIXe siècle, d'après un dessin d'Alfred de Marbot.

Site: Défense Nationale

Guerriers iroquois rôdant près d'établissements français, années 1650

Type: Image

Jusqu'aux années 1660, et dans la région de Montréal en particulier, aucun habitant des établissements français ne peut vraiment se sentir à l'abri d'attaques suprises menées par des guerriers iroquois. De nombreux colons canadiens, y compris des femmes, apprennent à manier les armes à feu durant les années 1650.

Site: Défense Nationale

Signalisation des dangers, années 1660

Type: Image

Puisque les Iroquois lancent constamment des attaques-surprises contre les colons à Montréal entre 1660 et 1665, les sœurs hospitalières font elles aussi le guet et sonnent leur cloche pour donner l'alarme chaque fois qu'elles aperçoivent quelque chose de suspect.

Site: Défense Nationale

Piquier français, vers 1635

Type: Image

Des armures et des armes de piquier sont envoyées à Québec durant les années 1620. Il semble que ces armures sont portées par certains soldats jusqu'à la fin des années 1630, même si les piques sont de toute évidence presque jamais utilisées. En Europe, les piquiers, qu'on voit de moins en moins sur les champs de bataille, disparaissent vers la fin du siècle. En Amérique, les piques et les hallebardes sont parfois utilisées, mais à des fins cérémoniales uniquement.

Site: Défense Nationale

La Salle revendique la Louisiane au nom de la France

Type: Image

Le 6 avril 1682, Robert Cavelier de La Salle participe à une cérémonie par laquelle il revendique la Louisiane au nom de la France, après avoir descendu le fleuve Mississippi jusqu'au golfe du Mexique. Malgré le cadre sauvage, la cérémonie s'est déroulée en grand apparat.

Site: Défense Nationale

Sir William Phips devant Québec en octobre 1690

Type: Image

Sir William Phips (1650-1694) est représenté sur le pont d'un des navires loués par les colonies de Nouvelle-Angleterre pour transporter à Québec des miliciens du Massachusetts. C'est peut-être en arrivant à Québec, en octobre 1690, que Phips et ses officiers se rendent compte à quel point cette ville est une formidable forteresse naturelle.

Site: Défense Nationale

Le premier fort Chambly, construit en 1665

Type: Image

Cette maquette représente le premier fort Chambly. L'édifice original en billots de bois, construit en 1665, est typique des plus anciens forts du Canada.

Site: Défense Nationale

Croix de Malte sculptée dans la pierre, marquée de l'année 1647

Type: Image

Lorsque le château Saint-Louis est construit à Québec, on sculpte cette croix de Malte dans une pierre portant la date 1647. Charles Huault de Montmagny est gouverneur à cette époque. Il est chevalier de l'ordre de Malte tout comme au moins l'un de ses officiers au Canada. Cette pierre, trouvée en 1784 au cours des travaux de rénovation de la résidence du gouverneur, a fini par être intégrée à une entrée donnant sur une cour de l'hôtel Chateau Frontenac.

Site: Défense Nationale