Navigateur pour l'histoire

Résultats de la recherche

Date > 1700 > 1710-1719

Type de Ressource > Image

La reine Anne de Grande-Bretagne

Type: Image

La reine Anne règne de 1702 à 1714. Cette statue se dresse à la cathédrale St. Paul, à Londres. Après sa prise en 1710, Port-Royal est rebaptisée Annapolis Royal en l'honneur de la Reine.

Site: Défense Nationale

Fort Prince-de-Galles

Type: Image

Cette vue aérienne montre le fort Prince-de-Galles, juste à côté de la rivière Churchill (site actuel de Churchill, au Manitoba). Sa construction a été amorcée en 1717. Le fort a été pris sans bataille par une expédition française à destination de la Baie d'Hudson, en 1782. On disait de ce fort qu'il était le seul fort de pierre de cette envergure sur l'océan Arctique. Ses murs ont été restaurés dans les années 1950.

Site: Défense Nationale

Louis XV, roi de France de 1715 à 1774

Type: Image

Le roi de France, Louis XV (1710-1774), est représenté ici revêtu de sa robe royale. Il porte au cou les colliers et les insignes de deux ordres de chevalerie – l'ordre espagnol de la Toison d'or et l'ordre français de Saint-Louis. La croix blanche à huit branches de ce dernier est décernée à de nombreux militaires canadiens durant le régime français. (Bibliothèque et Archives Canada, C-000604)

Site: Défense Nationale

Fort Chambly

Type: Image

La construction du troisième fort Chambly débute en 1709. On donne à cet édifice en pierre une apparence générale de château-fort au lieu de construire une forteresse affleurante à bastions comme en Europe. Il est conçu pour impressionner celui qui le regarde, et pour être pratiquement imprenable par les ennemis indiens et les maraudeurs américains. Dans le mur donnant sur la rivière Richelieu, des ouvertures sont pratiquées pour l'artillerie. Pendant la guerre de 1812, il sert de QG de troupes britanniques et canadiennes protégeant le sud de Montréal contre l'avancée des armées américaines. Plus tard au XIXe siècle, le fort tombe en ruines. Ses murs sont stabilisés en 1885 lorsque le gouvernement canadien en fait un parc historique. Reconnu en tant qu'exemple survivant d'architecture militaire unique en son genre, le fort Chambly, grâce à une restauration volumétrique réalisée par Parcs Canada, retrouve dans les années 1980 son apparence du milieu du XVIIIe siècle.

Site: Défense Nationale

Sergent, Compagnies franches de la Marine du Canada, 1701-1716

Type: Image

Cet homme porte un uniforme gris-blanc à doublure rouge et des bas rouges (propres aux sergents des Compagnies franches de la Marine à cette époque). La dentelle argentée cousue aux parements est également une marque distinctive du sergent. Il porte une hallebarde, l'arme distinctive des sergents dans les armées européennes. Reconstitution par Michel Pétard. (Parcs Canada)

Site: Défense Nationale

Artilleur, détachement du Board of Ordnance, Terre-Neuve et en Nouvelle-Écosse, 1700-1716

Type: Image

Avant la naissance du Royal Regiment of Artillery en 1722, les canons britanniques sont armés par un « train d'artillerie ». Les trains sont levés au début de chaque nouvelle campagne par le Board of Ordnance. L'Ordnance (dont les origines remontent au XVe siècle) est un ministère gouvernemental distinct de l'Armée, qui fournit à cette dernière les artilleurs et les ingénieurs militaires, et ce, jusqu'en 1855. Les garnisons des forts britanniques de Terre-Neuve et de Nouvelle-Écosse comprennent des détachements du train d'artillerie. Ces canonniers de la première heure sont particuliers sous un aspect : ils ont des manteaux rouges plutôt que les manteaux bleus portés après 1722. Reconstitution par Gerald A. Embleton. (Ministère de la Défense nationale du Canada)

Site: Défense Nationale

Tambour, Compagnies franches de la Marine du Canada, 1701-1716

Type: Image

Remarquer la taille de cette caisse claire militaire, utilisée au XVIIIe siècle. Contrairement au mythe moderne du petit garçon au tambour, les tambours servant dans les armées européennes de l'époque sont des adultes. Aucun enfant n'aurait pu porter un instrument aussi gros et en jouer. Reconstitution par Michel Pétard. (Parcs Canada)

Site: Défense Nationale

Soldat des compagnies britanniques indépendantes de Terre-Neuve et de Nouvelle-Écosse, entre 1698 et 1617

Type: Image

Cet homme porte le manteau rouge classique du soldat britannique, assorti de parements verts, la couleur propre aux compagnies indépendantes. Il porte un mousquet à silex sur lequel est monté une baïonnette à bouchon, ainsi qu'une épée. Les endroits qui ne sont pas assez importants pour justifier un régiment sont gardés par des compagnies indépendantes. En 1698, une compagnie est formée à St. John's, Terre-Neuve, et y demeure jusqu'à ce qu'elle soit faite prisonnière lors de la prise de St. John's par les Français en 1709. En 1713, quatre compagnies sont levées pour former une garnison en Nouvelle-Écosse (anciennement l'Acadie), et quatre autres sont créées l'année suivante pour Terre-Neuve. Reconstitution par Gerald A. Embleton.

Site: Défense Nationale

Tambour, Compagnies franches de la Marine en Nouvelle-France, 1716-1730

Type: Image

Ce tambour porte la livrée du roi. D'après son habillement, ce soldat aurait servi entre 1716 et 1730. Reconstitution par Michel Pétard. (Parcs Canada)

Site: Défense Nationale

Soldat, Compagnies franches de la Marine d'Acadie et de Plaisance, 1701-1713

Type: Image

À cette époque, leurs uniformes diffèrent quelque peu de ceux qui sont portés par les Compagnies du Canada central. Il n'y a aucune dentelle sur les chapeaux, et les gilets, culottes et bas sont bleus au lieu d'être gris-blancs. Reconstitution par Francis Back. (Parcs Canada)

Site: Défense Nationale