Navigateur pour l'histoire

Résultats de la recherche

Avancée à l'ouest du général Hull

Type: Document

À la surprise des Britanniques, la première attaque américaine de 1812 se déroule loin à l'ouest de Detroit. Une armée commandée par un officier américain sans expérience (général Hull, gouverneur du Michigan) franchit la frontière et prend la ville de Sandwich (Haut-Canada) en juillet 1812.

Site: Défense Nationale

Le Canadian War Memorials Fund et les peintres de guerre

Type: Document

À l'initiative d'un Britannique d'origine canadienne, Lord Beaverbrook, on crée le Bureau canadien des archives de guerre en 1916 pour recueillir les documents portant sur les accomplissements en temps de guerre des Canadiens. Le Canadian War Memorials Fund permet d'élargir le travail et d'embaucher des artistes canadiens à qui on demande de peindre l'expérience de la guerre, aussi bien outre-mer qu'au pays.

Site: Défense Nationale

Bombardement allemand d'Arras, en 1914

Type: Image

Arras, située au nord-ouest de la France près de la frontière belge, est une ville au patrimoine architectural inestimable. En 1914, la destruction d'Arras contribua grandement à la propagande alliée assimilant l'Allemagne à la barbarie. Cette peinture de l'artiste belge Gustave Fraipont, montre l'Hôtel de Ville d'Arras avec son campanile Belfoi qui ont été détruit durant la guerre. Plusieurs villes historiques belges et françaises ont connu un destin semblable. (Collection privée)

Site: Défense Nationale

Grogne dans les rangs français

Type: Document

À l'été de 1757, même une victoire inattendue comme celle du fort Carillon ne suffit pas à dissiper les querelles au sein du camp français. Les éloges peu subtils du général Montcalm à l'endroit des troupes métropolitaines déclenchent la colère des troupes canadiennes et coloniales qui n'ont pris qu'une part négligeable à la bataille.

Site: Défense Nationale

Réaction des Canadiens français

Type: Document

En 1793, l'exécution du roi Louis XVI par les révolutionnaires français et la déclaration de guerre de la Grande-Bretagne à la France ébranlent les Canadiens français. Affligés par la mort du roi, ils lisent avec un intérêt méfiant la propagande diffusée par l'ambassadeur de France aux États-Unis.

Site: Défense Nationale

Crainte de l'arrivée de navires français

Type: Document

L'entrée de la France dans la guerre d'indépendance américaine en 1778 sème la peur dans plusieurs régions. Les Maritimes craignent de voir une flotte française perturber le commerce dans le golfe du Saint-Laurent ou attaquer Terre-Neuve. À Québec, les autorités s'inquiètent de la réaction des Canadiens à un débarquement français.

Site: Défense Nationale

Le « sergent-racoleur »

Type: Document

Les recruteurs incitaient les bénévoles potentiels avec toutes sortes d'histoires fausses comme la vie glorieuse et prospère qu'ils auraient avec les forces militaires. Saouler les hommes était aussi une stratégie pour recruter.

Site: Défense Nationale

La participation du Canada

Type: Document

Le Canada anglais s'engage dans la Première Guerre mondiale sans comprendre toutes les conséquences du geste et dans l'espoir que le conflit sera de courte durée. Dans l'Empire, l'Irlande et l'Afrique du Sud s'opposent à la guerre, tandis que les francophones du Québec refusent en bloc de participer au conflit.

Site: Défense Nationale

La menace dans le Pacifique

Type: Document

Le plan de défense no 2 du Canada envisage une guerre dans le Pacifique entre le Japon et les États-Unis, et renferme des plans pour protéger le Canada lors d'un tel conflit. En 1941, le Canada envoie deux bataillons à Hong Kong pour appuyer les Britanniques. La côte du Pacifique est mal préparée jusqu'à l'invasion des îles Aléoutiennes et le bombardement de la pointe Estevan, en Colombie-Britannique, par la marine japonaise. La crainte d'une invasion japonaise sème la panique, et 22 000 Canadiens japonais sont internés.

Site: Défense Nationale