Navigateur pour l'histoire

Résultats de la recherche

Sujet > Forces armées > Cérémonies militaires et distinctions

Date > 1700 > 1700-1709

Au son du tambour

Type: Document

Les villes fortifiées comme Québec, Montréal, Trois-Rivières et Louisbourg étaient toutes gouvernées par les militaires. Les vies des soldats français et des civils canadiens étaient régies par les différents battements de tambour de la garnison, de La Diane à l'aube à La Retraite au coucher du soleil.

Site: Défense Nationale

Le caractère de la milice

Type: Document

La participation de la population générale de la Nouvelle-France dans la milice devenait un lien important entre le gouvernement hiérarchique absolutiste et la population connue pour être fière et indépendante. Même si la participation était non volontaire, les hommes impliqués n'y voyaient pas de problème.

Site: Défense Nationale

Récompense et condamnation

Type: Document

Hertel de La Fresnière et Le Moyne furent reconnus pour leurs contributions.Cependant les tactiques de guerre canadiennes suscitèrent une réprobation de la part des officiers français de l'armée métropolitaine. On commenca à voir des changements à cette situation avec la guerre européenne au milieu du 18e siècle.

Site: Défense Nationale

Pierre Le Moyne D'iberville

Type: Document

Pierre Le Moyne d'Iberville (1661-1706), fils de Charles Le Moyne, fut sans aucun doute le plus célebre des soldats de la Nouvelle-France. Il fut à la tête de plusieurs expéditions expéditions terrestres et maritimes entre 1686 et 1706. Comme explorateur il fonda également le premier établissement permanent de la Louisiane.

Site: Défense Nationale

La garde du gouverneur général

Type: Document

Pendant la période où la Nouvelle-France était une colonie de la Couronne française, le gouverneur général avait l'autorisation d'avoir un petit groupe de gardes du corps comme il se faisait dans les provinces de France. Les hommes portaient souvent la livrée aux couleurs personnelles du gouverneur général comme uniforme.

Site: Défense Nationale

Nobles et roturiers

Type: Document

La noblesse française voulut interdire la position d'officier militaire aux hommes du peuple. Louis XIV favorisait les compétences avant tout mais sa succession changea d'avis graduellement. Les forces coloniales furent attirées par les officers non-nobles puisque la noblesse devait rester en France.

Site: Défense Nationale

Pavillons français, vers 1690

Type: Image

Cette illustration du XVIIe siècle montre quatre drapeaux français que l'on pouvait voir en mer et à terre. En haut à gauche se trouve le drapeau blanc uni utilisé par la couronnne française (donc par l'armée et la marine françaises). En haut et en bas à droite, il y a deux variétés du drapeau bleu et blanc qui a été commandé en 1661 pour la marine marchande française. Le fanion blanc montré en bas à gauche servait à distinguer les différentes escadrilles dans une flotte française. Chacune d'entre elles faisait flotter ce fanion à un mât différent. (Parcs Canada)

Site: Défense Nationale

Les capitaines de milice

Type: Document

La position de capitaine dans la milice était une position importante dans les paroisses de la Nouvelle-France. Le capitaine n'était pas seulement un militaire mais aussi un agent du gouvernement civil. Pouvant être choisi comme gouverneur, le capitaine devait être populaire dans sa communauté.

Site: Défense Nationale

Miliciens plantant l'Arbre de mai devant la maison de leur capitaine

Type: Image

La tradition consistant à planter l'Arbre de mai devant la maison du capitaine de milice, qui débute à l'époque de la Nouvelle-France, est maintenue au Canada français jusqu'au milieu du XIXe siècle.

Site: Défense Nationale

Le mariage à la militaire

Type: Document

Aux 18e et 19e siècles, des traditions entourent les noces des militaires britanniques, dont le « saut par-dessus l'épée » effectué par les mariés devant les compagnons de l'homme. Une permission officielle, requise en principe, est rarement accordée.

Site: Défense Nationale