Armement et expérience du temps de guerre

Les femmes comme artistes de guerre

Molly Lamb – la première peintre de guerre du Canada

Char allemand capturé, 1945

Légende: Char allemand capturé, 1945

Dès le début de la Deuxième Guerre mondiale, plusieurs artistes offrent leurs services à la Galerie nationale. Mais le gouvernement canadien ne crée le Programme canadien du souvenir de guerre (Canadian War Records Program) qu en 1943. L'élan vient encore de Londres où notre haut commissaire, Vincent Massey, prend grand intérêt à lancer le projet. La représentation artistique du Canada en guerre se fera sur les champs de bataille, comme au pays même. Parmi les 33 artistes retenus se trouveront Alex Colville, Willie Ogilvie et Charles Comfort. Une seule femme est acceptée : Molly Lamb. Diplômée de la Vancouver School of Art en 1942, elle entre au Service féminin de l’Armée en 1942, à l'âge de 20 ans, et y fait connaître aussitôt sa volonté de servir comme artiste de guerre. Elle ne rejoindra le programme qu après la f n des hostilités en Europe, en 1945. La Galerie nationale acceptera neuf de ses travaux pour sa collection permanente produits dans ses moments libres lorsqu'elle servait comme soldat, puis caporal, dans la section des spectacles de guerre des Services auxiliaires canadiens. Lamb part outre-mer en juillet 1945 et, avec un véhicule et un chauffeur, parcourt en six semaines la France, la Hollande et l’Allemagne. C'est ainsi qu’on aura Wilhelmshaven at Night et Ruins of Emmerich.

Il semble que le fait d'avoir été femme ait été le critère principal ayant empêché Lamb d'avoir accès aux champs de bataille, alors que les combats y faisaient rage 81.

Cela dit, la Galerie nationale finira par acheter plusieurs tableaux sur le Canada en guerre peints par des femmes. Parmi elles, Isabel McLaughlin, Marion Long, Alma Duncan, Dorothy Stevens, sans être allées au front, ont contribué à ce patrimoine artistique de guerre.