De la guerre froide à aujourd'hui

Les changements

Une force accordéon

L’avion d’entrainnement de Havilland-Canada DHC-1 Chipmunk T.1, Aviation royale canadienne, 1965

Légende: L’avion d’entrainnement de Havilland-Canada DHC-1 Chipmunk T.1, Aviation royale canadienne, 1965

La guerre en Corée et le lancement de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord viendront vite changer cette perspective. Entre 1950 et 1953, les forces régulières voient leur effectif passer de 47 000 à 104 000. Le budget de 1947 est multiplié par dix, en 1953, passant à 1 907 000 000 $.

La Marine, qui a besoin de bons techniciens, n'atteindra son nouvel effectif permis qu'à la fin des années 1950 et l'Aviation y mettra aussi quelques années, surtout qu'encore une fois, elle débute avec du matériel de combat déphasé. Quant à l'Armée, elle ressuscite en 1952 le rectangle rouge historique de la 1re Division, porté tout au haut de la manche, à l'épaule : ce signe distinctif disparaîtra quelques années plus tard pour revenir dans les années 80.

Comme nous l'avons vu, plusieurs régiments de milice seront transférés à la Force régulière, dont le Queen's Own Rifle of Canada et le Black Watch. On voudra récrire l'histoire en mettant sur pied le Regiment of Canadian Guards, avec quatre bataillons, une unité qui n'avait guère d'assise historique au Canada. À partir de 1955, des exercices au niveau de la division auront lieu à Gagetown, au Nouveau-Brunswick, un camp de 440 milles carrés, qu'on vient d'acquérir.

Avec le retour des Conservateurs au pouvoir, en 1957, les budgets de la Défense nationale se remettent à descendre de 1,8 milliard de dollars, en 1957, à 1,5 milliard en 1960. En 1963, on a tout de même 120 871 militaires dans la Force régulière, un record en temps de paix. En 1967, ce nombre est réduit à 110 000. Et, l'année suivante, tous les nouveaux bataillons ajoutés à l'ordre de bataille en 1953 (sauf les 2e et 3e Bataillons des Royal 22e Régiment, du PPCLI et du RCR) retournent à la Réserve. Dans les années 70, le nombre de militaires de la Force régulière baissera jusqu'à environ 80 000 avant de remonter vers 88 000, dans les années 1980. En 1999, ce nombre tombera à 60 000. Quant aux budgets, ils seront gelés dans les années 60 aux environs de 1,5 milliard de dollars, avant de reprendre de l'ampleur en suivant plus ou moins la courbe de l'inflation. Ils plafonneront à 12 milliards au début des années 90, avant de décroître vers les 9 milliards à la fin du siècle.