L'organisation des Forces armées britanniques

L'armée britannique

Une organisation complexe

Un général et son état-major, Montréal, vers 1865

Légende: Un général et son état-major, Montréal, vers 1865

Avant le milieu du XIXe siècle, la structure de l'armée de terre britannique est, d'une certaine façon, relativement archaïque. Certes, elle jouit d'une bonne réputation en Grande-Bretagne, mais à un moindre degré que la marine, et son organisation comporte de curieux dédoublements de tâches et de nombreux cas d'exception.

Le désordre se fait déjà sentir au plus haut de la hiérarchie, puisque, au Parlement même siègent un secrétaire « de la Guerre » et un secrétaire « à la Guerre » ! Ce dernier est un député chargé de veiller à ce que la Chambre vote les crédits requis, le véritable ministre étant le secrétaire de la Guerre, qui devient également responsable de la gestion des colonies à partir de 1801. Le quartier général de l'armée loge à Londres, dans l'édifice de la garde à cheval du roi, endroit connu sous le nom de «Horse Guards ». C'est là que s'affairent le secrétaire de la Guerre, le commandant en chef, l'adjudant général et les autres officiers de l'état-major. Divers autres organismes régissent aussi l'armée, tel le Board of General Officers, ou conseil des généraux, qui rassemble une demi-douzaine de ces derniers, ainsi que l'adjudant général. On y trouve aussi un conseil médical, une commission des pensions, un bureau de vérification financière et d'autres organismes du même ordre.

Sous ce premier palier administratif viennent en premier lieu les régiments de cavalerie et d'infanterie. Un régiment de cavalerie peut compter entre trois et cinq escadrons, chaque escadron comportant lui-même deux compagnies. Un régiment d'infanterie se compose généralement d'un seul bataillon qui compte dix compagnies, huit de fusiliers et deux « de flanc », ces dernières constituant les compagnies d'élite ; celle des grenadiers occupe le flanc droit de la ligne, et celle d'infanterie légère le flanc gauche. Le nombre de soldats varie considérablement selon l'époque et le régiment.

Certaines fonctions échappent néanmoins à l'autorité du quartier général. Ainsi, le conseil du Trésor exerce un certain contrôle financier sur l'armée par l'entremise de ses fonctionnaires en uniforme appartenant au corps du Commissariat. Les officiers de ce corps accompagnent l'armée dans tous ses déplacements, s'occupant des vivres, du transport et, particulièrement au Canada, du casernement. Le Commissariat n'est cependant pas seul à fournir des provisions à l'armée, car le personnel du Quartermaster General, ou quartier-maître général, ainsi que celui du Storekeeper General, ou garde-magasin général, sont aussi habilités à le faire.

Images additionnelles

Étendards du Roi et drapeau régimentaire, 41e Régiment de fantassins, 1802-1815