Une décennie tumultueuse

Les Canadiens à l'étranger

Un régiment impérial recruté au Canada

Le lien affectif avec la mère patrie est alors encore très fort chez de nombreux Canadiens anglais pour qui la Grande-Bretagne et le Canada constituent deux éléments d'une même nation. En 1858, quand on décide de recruter un nouveau régiment d'infanterie de ligne britannique au Canada, le 100e « Prince of Wales Royal Canadian Regiment », plus de 1 500 d'entre eux s'enrôlent. Les recrues sont rassemblées à Québec où leur sont distribués de vieux uniformes - certains datant de la guerre de 1812 ! - avant de les envoyer en Angleterre 134. Après les avoir entraînés, équipés et armés à Shorncliffe et à Aldershot, on les expédie à Gibraltar et à Malte où ils séjournent pendant sept ans avant de rentrer au Canada, en 1866. Ils sont alors postés à Montréal et à Ottawa. Mais ces Canadiens appartiennent à un régiment de ligne impérial et, deux ans plus tard, ils partent pour l'Écosse. D'autres Canadiens anglais s'engagent occasionnellement dans la Royal Navy. Poussés par le goût de l'aventure et attirés par la vie militaire, ces Canadiens anglais ne perçoivent évidemment pas les forces armées britanniques comme étrangères, mais plutôt comme « familiales », se voyant eux-mêmes comme des fils coloniaux au service de leur mère patrie.