Une décennie tumultueuse

L'invasion de 1866

Échec d'une deuxième attaque

Quelques jours plus tard, le 8 juin, une seconde petite armée de Fenians franchit la frontière près de Huntingdon, au sud de Montréal. Plusieurs corps de volontaires sont déjà postés à proximité, mais l'excitation est à son comble dans les journaux montréalais. The Gazette rapporte même que le nombre des envahisseurs se situe autour de 5 000 ! En réalité, ils ne sont qu'un millier, ayant pénétré de quelques kilomètres à peine en territoire canadien, lorsqu'ils s'aperçoivent que plusieurs milliers de soldats britanniques et de volontaires canadiens provenant de tous les côtés à la fois convergent sur eux. Ils rebroussent donc chemin. Cependant, les troupes britanniques et canadiennes en rattrapent environ 200, au moment où ils quittaient Pidgeon Hill. Les Royal Guides, compagnie de cavalerie volontaire de Montréal, les charge sabre au clair et en capture 16. Après cet épisode, les Fenians suspendent leurs attaques pendant quelques années.