Les soldats du roi

L'envoi de troupes royales

Un régiment pour le Canada

Dans cette nouvelle politique coloniale, le Canada se voit attribuer « la part du lion ». Durant l'été 1665, un régiment entier - 1 000 hommes répartis en 20 compagnies - débarque à Québec : le régiment de Carignan-Salières, devenu quasi légendaire dans l'histoire de notre pays.

Ce corps militaire tenait son nom du colonel Thomas-François de Savoie, prince de Carignan, qui, en 1644, le leva au Piémont, dans le nord de l'Italie. Au cours de la décennie suivante, on fit du recrutement en France, et ce caractère piémontais fut noyé graduellement. La paix des Pyrénées de 1659, signée entre l'Espagne et la France, entraîna dans l'armée la réduction du nombre de régiments. Au lieu d'être dissous, celui de Carignan fut fusionné avec un autre. Le 31 mai de cette année-là, le prince de Carignan fut avisé, fort civilement, qu'en son absence le commandement avait été donné « à une personne d'expérience et de capacité ... le sieur de Salières ... colonel d'un régiment d'infanterie qui est à présent incorporé dans le vôtre » 41. Le régiment de Salières avait été levé en 1630.