La démobilisation

Dans les Maritimes

Nouvelle-Écosse

Carabinier volontaire, Halifax Rifles, 1859

Légende: Carabinier volontaire, Halifax Rifles, 1859

La Nouvelle-Écosse est la plus peuplée des colonies maritimes : elle compte approximativement 14 000 miliciens en 1821, 26 000 en 1830, 41 000 en 1845 et 44 000 vers 1860. Outre les régiments de milice sédentaire organisés à travers la colonie, il existe un corps de Nova Scotia Volunteer Artillery à Halifax pour assister les artilleurs réguliers de la Royal Artillery qui desservent les canons des nombreux forts défendant le port. Vers 1840, les compagnies d'élite des régiments de cette ville prospère sont probablement les mieux entraînées et les mieux équipées de la colonie.

La législation de 1859 concernant les compagnies de volontaires provoque la formation d'une grande quantité de ces compagnies à travers la colonie, et ce, dans un tel esprit d'enthousiasme qu'il devient nécessaire de restreindre le nombre de volontaires à 2 000, limite portée à 2 600 en 1862. Le gouvernement de la colonie fournit des armes modernes ainsi que des munitions, paie les instructeurs et défraie le coût d'une partie des uniformes.