La côte du Pacifique convoitée

La vie de garnison à Nootka

Les explorations et les escarmouches se poursuivent

Des Autochtones allant à la rencontre des goélettes Sutil et Mexicana de la Marine espagnole, en 1792

Légende: Des Autochtones allant à la rencontre des goélettes Sutil et Mexicana de la Marine espagnole, en 1792

En 1791 et 1792, Nootka sert de petite base navale pour les explorations de la marine espagnole et plusieurs soldats de la garnison sont détachés sur des navires pour servir en qualité d'infanterie de marine. Ces expéditions sont quelquefois périlleuses. Ainsi, en 1791, près de la ville actuelle d'Esquimalt, des guerriers en canots contraignent les hommes du commandant Francisco de Eliza à rebrousser chemin. L'année suivante, un pilote de la marine espagnole trouve la mort, assassiné par des Amérindiens alors qu'il chassait dans ce qui est aujourd'hui Neah Bay (Washington). Cet acte amène son commandant, Salvador Fidalgo, à ouvrir le feu sur deux paisibles canots amérindiens, tuant plusieurs de leurs occupants. Fait à noter, Fidalgo est réprimandé par ses supérieurs tant au Mexique qu'en Espagne pour ce geste intempestif. Au nord, plusieurs hommes de l'Aranzazu échappent de justesse aux Haïdas des îles de la Reine-Charlotte. Dans les parages de l'île de Vancouver, les membres de l'équipage des petits navires Sutil et Mexicana, détachés de l'expédition de Malaspina, sous les ordres de Dionisio Alcalâ-Galiano et de Cayetano Valdés y Flores Bazan, connaissent des expériences plus paisibles.

Images additionnelles

Frégate du capitaine Dionisio Alcala-Galiano, Marina real, vers 1792