La côte du Pacifique convoitée

L'incident de Nootka

Une inquiétante présence britannique

Afin de raffermir la mainmise espagnole sur la région, Martinez commence donc immédiatement à ériger une plate-forme d'artillerie et quelques bâtisses. Les travaux vont bon train quand, le 2 juillet, un navire britannique commandé par le capitaine James Colnett, l'Argonaut, arrive de Chine, ayant à bord, outre le personnel navigant, 28 ouvriers chinois et un équipement considérable. Pour comble, Colnett déclare à Martinez avoir reçu de son roi l'ordre d'édifier un établissement à Nootka !

Il n'en faut pas plus pour que Martinez conclue à un complot anglais dont l'objectif est d'envahir la côte nord-ouest et d'en expulser sa nation. Colnett, par ailleurs, ne tient pas à se soumettre à l'autorité espagnole. Au cours d'une discussion, les deux commandants, dotés l'un et l'autre d'un tempérament bouillant, finissent par s'emporter et Colnett met la main à son épée. Martinez saisit ce prétexte pour l'arrêter et s'emparer de son navire. Peu après, le 12 juillet, un autre navire britannique, le Princess Royal, arrive à son tour à Nootka en provenance de Chine. Martinez décide de régler le problème une fois pour toutes et, outrepassant ses instructions, saisit tous les navires anglais pour les envoyer à la base navale de San Blas, au Mexique !